Crédit immobilier : les conditions d’accès commencent à se durcir

En fort recul, le surendettement se concentre désormais sur les ménages les plus pauvres
7 février 2020
INFO COVID-19
18 mars 2020

Conséquence de la recommandation du HSCF fin 2019, les banques commencent à durcir leurs conditions d’accès aux prêts immobiliers. Selon les chiffres de l’Observatoire Crédit Logement / CSA, en janvier 2020, la durée des prêts a baissé et le niveau d’apport personnel s’est redressé.

La baisse historique des taux d’intérêt et l’allongement de la durée des prêts a facilité ces dernières années l’accès au crédit immobilier. Fin d’année dernière, pour éviter de mettre en péril la stabilité financière des banques, dont les marges s’amenuisent, et pour protéger les emprunteurs, le Haut Conseil de Stabilité Financière (HSCF) a recommandé aux banques de limiter les durées de crédit à 25 ans et de ne pas dépasser le taux d’endettement de 33%. 

La plupart des établissements financiers ont tenu compte de cette recommandation et ont commencé à ajuster leur offre dès le mois de décembre et à durcir les conditions d’accès au crédit immobilier. Selon les derniers chiffres de l’Observatoire Crédit Logement / CSA, en janvier 2020, la durée des prêts immobiliers accordés a baissé, le niveau d’apport personnel s’est redressé et le taux moyen de crédit est resté stable.

La durée des prêts immobiliers accordés diminue

En janvier 2020, la durée des prêts s’est établie à 227 mois en moyenne (19 ans). Alors que la durée moyenne des prêts était restée relativement stable tout au long de l’année 2019, l’année 2020 connait une diminution rapide et inhabituelle de la durée des prêts (5 mois de moins depuis décembre 2019). Conséquence des recommandations du HCSF, la part de la production à plus de 25 ans diminue rapidement (1.3 % en janvier 2020) au profit des durées comprises entre 15 et 20 ans (33,1%).

Le niveau de l’apport personnel augmente

Dans le même temps, le niveau de l’apport personnel rebondit nettement (+ 9.1% en janvier 2020 en glissement annuel, après – 5.5% en 2019) et l’indicateur de solvabilité des emprunteurs s’améliore. Conséquence, la part des clientèles jeunes et/ou modestes qui étaient rentrées sur le marché en 2019 grâce à des taux d’apport personnel particulièrement bas est en baisse.

Les taux d’intérêt restent stables

Les taux des crédits immobiliers (hors assurance) sont restés stables et se sont établis à 1.13% en moyenne. Mais ce chiffre cache une réalité plus contrastée. 

En effet, depuis décembre dernier, les taux de la plupart des prêts accordés ont augmenté de quelques points de base, malgré un contexte favorable au maintien des taux à bas niveau, voire à la poursuite de leur baisse. La diminution de la part des emprunteurs les moins dotés en apport personnel (les jeunes et/ou les moins aisés) et de la durée des prêts, a neutralisé la lente remontée des taux des prêts et permis la stabilisation du taux moyen.

Source : Boursorama

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Contacts
Appeler un conseiller (Gratuit)